CRIONS A L’ETERNEL ET NON CONTRE LUI!

Juges 6 : 1- 10 :

1 Les Israélites firent ce qui déplaît à l’Eternel et l’Eternel les livra entre les mains de Madian pendant 7 ans. 2 La domination des Madianites fut puissante contre Israël. Pour leur échapper, les Israélites se retiraient dans les ravins des montagnes, dans les grottes et sur les rochers fortifiés. 3 Quand Israël avait semé, les Madianites montaient avec Amalek et les nomades de l’est et marchaient contre lui. 4 Ils campaient en face de lui, détruisaient les produits du pays jusque vers Gaza et ne laissaient en Israël ni vivres, ni brebis, ni bœufs, ni ânes. 5 En effet, ils montaient avec leurs troupeaux et leurs tentes, arrivant comme un essaim de sauterelles; il était impossible de les compter, eux et leurs chameaux, et ils venaient dans le pays pour le dévaster. 6 Israël fut plongé dans une grande misère à cause de Madian, et les Israélites crièrent à l’Eternel.

7 Lorsque les Israélites crièrent à l’Eternel au sujet de Madian, 8 l’Eternel leur envoya un prophète. Il leur dit: «Voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël: Je vous ai fait sortir d’Egypte et quitter la maison d’esclavage. 9 Je vous ai délivrés de la domination des Egyptiens et de tous ceux qui vous opprimaient. Je les ai chassés devant vous et je vous ai donné leur pays. 10 Je vous ai dit: ‘Je suis l’Eternel, votre Dieu. Vous ne craindrez pas les dieux des Amoréens, même si vous habitez dans leur pays.’ Mais vous ne m’avez pas écouté.»

 L’Eternel dans sa grâce n’a cessé d’envoyer des libérateurs et ou des prophètes pour essayer un tant soit peu d’amener les Israelites  à marcher dans l’obéissance à la Loi. Mais après chaque période de repentance suivi d’une période de paix, les Israelites retournent de nouveau à l’idolâtrie séduits par le culte exotique des peuples voisins que l’Eternel son Dieu avait chassé devant eux. Mais de quoi ou de qui avaient-ils peur pour  désobéir à Dieu  en allant vers les idoles alors que son commandement  était claire « Je suis l’Eternel votre Dieu, vous ne craindrez point les dieux des Amorrhéens, même si vous habitez dans leur pays ». Par cette expression « Je suis l’Eternel… », Il rassure les Israelites et affirme qu’IL est la Seule autorité à laquelle ils doivent se référer. L’Eternel est le SEUL qui EST, les autres y compris humains ne sont que des contingences. Le « Je suis », celui qui est et qui fait être, traduit la Toute Puissance de l’Eternel et son autorité sur toute sa création, cela fait écho à ce que le Seigneur Yéshoua (Jésus) a dit à la fin de son séjour  terrestre à ses disciples dans Matthieu 28 :18 «Jésus s’approcha et leur dit: «Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre » et les disciples ont suivi sa recommandation sans craindre pour leur vie. Et nous qui sommes qui sommes parvenus aux temps de la fin, nous devons faire pareil. Ce que l’Eternel Dieu dit doit être entendu et mis en pratique même si nous ses enfants sommes dans un environnement contraint. C’est ce qu’IL dit dans 1 Jean 2 : 15 « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui » et dans  2 Corinthiens 6 : 14-16 « Ne formez pas un attelage disparate avec des incroyants. En effet, quelle relation y a-t-il entre la justice et le mal? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?  Quel accord y a-t-il entre Christ et le diable? Ou quelle part le croyant a-t-il avec l’incroyant? Quel rapport peut-il y avoir entre le temple de Dieu et les idoles? En effet, vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple ». Notre Père sait que le Monde est dangereux, à la fois séducteur et oppresseur comme Canaan l’était, mais IL nous y laisse parce qu’Il est notre protecteur et notre garantie tant que nous marchons selon sa Parole. Son Fils qui est notre standard a déjà tracé le chemin il nous suffit de le suivre quel que soit le prix à payer.

Malgré ses paroles, on peut encore  trouver de nos jours des « chrétiens » qui ne trouvent aucun inconvénient à utiliser des pratiques mondaines dans l’église pourvu que cela marche. Ne parlons pas du mariage avec des non croyants ou l’habillement ! Les écoles Bibliques sont plus axées sur le management et le markéting que sur la Parole Vivante de Dieu. La structure de l’église est bâtie sur un  modèle païen avec un  pasteur « tout-puissant » qui la régente comme son entreprise privée.  Partout les responsables d’assemblées recherchent avant tout le succès et les sous quitte à édulcorer la Parole et à utiliser des musiques mondaines pour attirer la clientèle oubliant que nous serons jugés un jour par le Juste Juge à qui rien n’échappe.  Et toi ma sœur ? Et toi ma frère ?  Où en es-tu avec le monde? Même nos balances doivent être justes, donc un vrai croyant en Jésus devrait éviter de suivre les pratiques commerciales douteuses et prédatrices qui spolient (grugent) le client.

L’Eternel Dieu retire sa protection laissant les Israelites à la merci des peuples Cananéens puisqu’ils aiment tant adorer leurs idoles qu’ils vivent aussi avec  leurs adorateurs. Les Madianites (peuple dont est issu Yitro, le beau-père de Moïse)  formèrent une coalition avec Amalek (un peuple très méchant que l’Eternel a promis de faire disparaître sa mémoire de la terre)  et d’autres pour attaquer Israël et se venger ainsi de l’humiliation précédente et pourquoi ne pas reprendre quelques territoires perdus lors de la conquête du pays par Josué. Cette coalition venait pour détruire le pays et semer la désolation. Elle prenait tous les biens et ne laissait aucun moyen de subsistances aux Israélites, qui du maitre du pays étaient devenu des esclaves, obligés pour sauver leur vie et quelques récoltes de se réfugier dans des cavernes, les rochers fortifiés et dans des endroits incessibles à l’ennemi.

En faisant peser ce joug sur les Israélites  et en étant d’une grande cruauté l’ennemi voulait également profiter pour semer le  doute et remettre en cause l’amour de l’Eternel pour peuple ainsi que sa puissance. La réponse de Gédéon à la salutation de l’ange dans le verset 12 est édifiante ! Les Israélites ne croient plus à la bonté et à la puissance de l’Eternel leur Dieu qui les avait fait sortir d’Egypte  pour les installer à Canaan oubliant que leur jugement n’était que le salaire de leur péché (idolâtrie). Néanmoins, dans sa miséricorde, l’Eternel Dieu a limité ce jugement à 7 ans abrégeant leur souffrance ne voulant pas que les Israelites soient punis au-delà du supportable (Psaumes 103 : 8-12   L’Eternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté;  Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours;  Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités.  Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent;  Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions.), afin de ne pas mettre en péril le projet Israël donc la venue du Messie. Ces 7 ans font écho aux 7 ans de la grande tribulation qui ont été abrégés pour préserver l’humanité qui verra le retour du Seigneur Jésus. De même que les Israelites s’étaient réfugiés dans les cavernes, dans les ravins des montagnes et dans les endroits difficiles d’accès, certaines personnes, appelés « survivalistes » se préparent ou se sont préparées à survivre à la grande tribulation en aménageant des refuges avec des réserves de nourritures et d’eau.

Poussé dans leurs derniers retranchements, sans qu’aucune aide ne vienne de leurs nouveaux dieux, les Israelites  crièrent à l’Eternel  au sujet de leurs oppresseurs. Remarquons qu’ils ne crièrent pas  au sujet de leur idolâtrie, de leurs péchés, mais plutôt au sujet des conséquences de leurs péchés ou du jugement. Nous faisons tous cette erreur, nous focalisant sur les conséquences du péché dans nos vies au lieu d’aller à la source dans la repentance, confessant et suppliant l’Eternel par Jésus de nous pardonner selon qu’il est écrit dans Hébreux 4 : 16 «  Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins ».        Il ne s’agit pas d’une simple prière, mais d’une prière de détresse, d’un  cri –un dernier- venant des entrailles de tout le peuple. Iles Israelites étaient acculés et  dans une telle détresse que seul l’Eternel était en capacité de les sauver. Et toi ? As-tu crié à l’Eternel pour ce péché qui  t’enveloppe si aisément ?  Ou de cette situation qui perdure dans ta vie depuis des années que tu commences même à douter de la volonté de Dieu de t’en libérer ? Si tu persévères dans ta prière fervente, (car les Israelites n’avaient pas crié qu’une seule fois mais c’était des cris continus jusqu’à ce que l’Eternel envoie une réponse), l’Eternel le Dieu qui écoute la prière te répondra certainement. L’ennemi peut t’empêcher de prier mais il ne pourra JAMAIS s’opposer à ta prière. Alors mon frère, ma sœur, persévère  selon qu’il est écrit que celui qui persévéra obtiendra le Salut !

Dans sa grâce, l’Eternel Dieu envoya un prophète qui exposa d’une manière précise le cheminement des Israelites depuis l’Egypte jusqu’au pays de Canaan et comment l’Eternel Dieu malgré la supériorité militaire des peuples environnants les a délivré et les a conduit  au pays de la promesse.  Le prophète a rappelé également les lois qui conditionnent le séjour dans le pays de Canaan  tout en les invitant à la repentance. Le premier de ces lois et commandement commence par une nette discrimination entre l’Eternel et les idoles du pays  par «  Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Exode 20 :2 ». De ce  premier commandement dépendent les 9 autres, car c’est en reconnaissant l’Eternel  comme Créateur (donc au-dessus des autres divinités), sa sainteté (à part des autres)  et sa prééminence que l’on accepte de Lui obéir. Et l’obéissance à  la Parole de l’Eternel est la démonstration concrète  que l’Eternel SEUL est Dieu !

SI L’Eternel est pour nous qui sera contre nous ?

De qui ou de quoi nous avons peur pour LUI désobéir ?

Crions à Lui au nom de Jésus- qui a donné sa vie pour nous- le Seul intermédiaire entre l’Eternel et nous, car ses châtiments sont la preuve de son Amour et de son intérêts pour nous ses enfants selon qu’il est écrit dans Hébreux 12 : 10-11 «  Car nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre avantage, afin que nous participions à sa sainteté.  Il est vrai que tout châtiment ne paraît pas sur le moment un sujet de joie, mais de tristesse; mais ensuite il produit un fruit paisible de justice pour ceux qui ont été ainsi exercés ».

Par ailleurs, le mot hébreu « Tzaock » traduit par crier a plusieurs sens : s’écrier, appeler au secours  implorer (dans le besoin), être assemblés, être appelés ensemble, être réunis, faire une proclamation, convoquer, se lamenter, se plaindre….. Cris, pousser un cri, rassembler, invoquer, appeler……

Ce verbe a été utilisé pour la première fois dans la Bible pour décrire les cris, les gémissements et les lamentations  que la servitude et les souffrances arrachaient aux Hébreux en Egypte. Selon qu’il est écrit en Exode 2 : 23 – 25 «  Longtemps après, le roi d’Egypte mourut, et les enfants d’Israël gémissaient encore sous la servitude, et poussaient des cris. Ces cris, que leur arrachait la servitude, montèrent jusqu’à Dieu.  Dieu entendit leurs gémissements, et se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob.  Dieu regarda les enfants d’Israël, et il en eut compassion ».

L’Eternel Dieu ne peut rester indifférents aux cris et lamentations de ses enfants, alors CRIONS  et implorons-Le, car les cris sincères s’accompagnent toujours de repentance et proviennent souvent de cœurs brisés. En outre, le cri d’une seule personne à moins de « décibels » mais les cris de plusieurs donnent plus de décibels  puisque « tzaock » peut prendre aussi le sens de  « rassembler ou être réunis » selon qu’il est écrit dans 2 chroniques 7 : 14 si mon peuple, celui qui porte mon nom, s’humilie, prie et me cherche et s’il renonce à ses mauvaises voies, je l’écouterai du haut du ciel, je lui pardonnerai son péché et je guérirai son pays.

  • Et maintenant Une interprétation très très personnelle du verbe « Tzaock » à ne pas prendre à la lettre!!!

En hébreux le verbe « Tzaock » a une graphie très intéressante (l’hébreu se lit de la  droite vers la gauche) :  צעוק qof –vav-ayin-tsadé = nuque – clou- œil – hameçon

La première lettre le Tsadé « צ»  évoque l’image d’un être humain à genou entrain de prier, de crier ou de louer Dieu.  Cette lettre, la dix-huitième correspond à un hameçon qui sert à accrocher ou à attraper. On peut aussi le comparer à une ancre qui est l’image de l’espérance de notre foi selon qu’il est écrit dans Hébreux 6 : 19-20 Cette espérance, nous la possédons comme une ancre solide et sure de l’âme; elle pénètre derrière le voile,  là où Jésus, établi grand-prêtre pour toujours à la manière de Melchisédek, est entré pour nous en précurseur.

La deuxième lettre l’Ayin  « ע » signifie « œil »  que le Seigneur Jésus a comparé à la lampe du corps. Elle fait penser à l’introspection car avant de crier à l’Eternel il faudrait prendre conscience (sans hypocrisie) de sa misère et de ses péchés avant de les confesser et d’en être pardonné au nom de Jésus. En outre, Dieu a le regard sur celui qui crie à Lui selon qu’il est écrit dans Psaumes 34  18-19 « Quand les justes crient, l’Eternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses; 19 L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement ». et  2 chroniques 16 :9  « En effet, l’Eternel parcourt toute la terre du regard pour soutenir ceux dont le cœur lui est attaché sans réserve ».

La troisième lettre  le Vav « ו » correspond à un  clou. C’est une lettre qui fait le lien et parfois se traduit par « ET », elle fait donc le lien entre Dieu et celui qui crie. Elle nous rappelle les clous qui ont transpercé le Seigneur Jésus à la croix, le SEUL intermédiaire (lien) entre Dieu et les humains. 1 Timothée 2 : 5-6 « Car il y a un seul Dieu, et un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ, homme, 6 Qui s’est donné lui-même en rançon pour tous; c’est là le témoignage rendu en son propre temps ».

La quatrième lettre le Qof « ק »  correspond à la nuque. Une partie fragile du corps humain qui est utilisée dans certaines expressions pour décrire la capitulation de  l’ennemi ou la prosternation de celui qui est vaincu. En effet, celui qui crie à l’Eternel Dieu  après avoir marché selon ses propres voies reconnait son autorité, capitule et se prosterne (exposant ainsi sa nuque !) en adorant le Dieu Tout- Puissant, l’Eternel (YHWH).  Genèse49 :8 «  Juda, tu recevras les hommages de tes frères; Ta main sera sur la nuque de tes ennemis. Les fils de ton père se prosterneront devant toi ».

Vient Seigneur Jésus !

  LAYBT.  

Laisser un commentaire