UNE MINE D’ENSEIGNEMENTS!

LUC 19 : 11 – 27 ; Ils écoutaient ces choses, et Jésus ajouta une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’on croyait qu’à l’instant le royaume de Dieu allait paraître.  Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite.  Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne.  Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir.  Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a rapporté dix mines.  Il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes.  Le second vint, et dit : Seigneur, ta mine a produit cinq mines.  Il lui dit : Toi aussi, sois établi sur cinq villes.  Un autre vint, et dit : Seigneur, voici ta mine, que j’ai gardée dans un linge ; car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère ; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.  Il lui dit : Je te juge sur tes paroles, méchant serviteur ; tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas déposé, et moissonnant ce que je n’ai pas semé ; pourquoi donc n’as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu’à mon retour je le retirasse avec un intérêt ?  Puis il dit à ceux qui étaient là : Otez-lui la mine, et donnez-la à celui qui a les dix mines.  Ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines. –  Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a.  Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence.

Cette parabole est en relation avec l’apparition du Royaume de Dieu donc avec la fin des temps comme l’introduction le précise. Elle évoque le retour de Jésus (Yéshoua) le Christ (Messie) qui est cette personne de « haute naissance ». Après son premier séjour terrestre, Il est remonté vers son Père pour être investi et revenir pour régner et juger l’humanité selon les écritures : Hébreux 1 : 1-14 « Dieu ayant autrefois parlé à nos pères, à plusieurs reprises et en diverses manières, par les prophètes, Nous a parlé en ces derniers temps par son Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses ; par lequel aussi il a fait le monde…….  Mais quant au Fils : O Dieu ! ton trône demeure aux siècles des siècles, et le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité : Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité, c’est pourquoi, ô Dieu ! ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes semblables.  Et encore : C’est toi, Seigneur, qui as fondé la terre dès le commencement, et les cieux sont l’ouvrage de tes mains.

Le texte nous apprend que Le Messie Yéshoua a confié à dix de ses nombreux serviteurs la mission de faire fructifier ou développer une mine à chacun. Le mot « mine » vient du grec « Mna » qui dans l’Ancien Testament, avait un poids de 300 sicles ; Dans le Nouveau Testament, poids et somme d’argent d’une valeur de 100 drachmes, un talent valant 100 mines, une mine valait environ 300 grammes. Les six occurrences de ce mot se trouvent tous dans ce chapitre 19 !  En grec il existe plusieurs mots pour désigner un serviteur… dans ce chapitre c’est le mot « Doulos » qui est utilisé, c’est-à-dire esclave, le mot « doulos » vient du verbe « deo » qui veut dire lier, attacher, envelopper de chaîne. Nous voyons donc que ceux à qui le Maitre a confié les mines sont tous les esclaves qui Lui appartienne et qui Lui sont attachés.  Il n’a pas confié ses « mines » à tous ses serviteurs, mais à dix seulement, des gens capables et dont Il connait la capacité ! L’ordre de mission est clair, simple et précis ! Chacun des dix est appelé à exécuter l’ordre du Maitre avec diligence pendant son absence jusqu’à son retour. Tous les dix semblent avoir accepté la mission sans opposition ni réserve. Le nombre 10 représente la première lettre du Nom Divin, le « yod » qui est aussi la première lettre du nom du Messie Yéshoua. Le 10 (2×5) exprime aussi la totalité des œuvres humaines. La mission n’est donnée qu’à dix serviteurs alors qu’il en avait plusieurs ce qui illustre parfaitement le principe « beaucoup d’appelés mais peu d’élus » et « on ne jette pas les perles devant les pourceaux ».

Les concitoyens du Seigneur qui rejettent son autorité sont les chefs religieux (Luc 20 : 1-19) qui l’accusent et contestent sa messianité (Messie ou Mashiach en hébreu = le roi oint = Christos en grec et Christ en français). Sinon le peuple d’Israël à l’époque n’a pas rejeté le Seigneur Yéshoua comme le confirme les scènes de liesse lorsqu’Il entre à Jérusalem sur un ânon (Jean 12 : 12- 19) . Cette opposition voire cette sédition de certains chefs religieux, docteurs de la loi, et scribes a fortement influencé une partie du peuple et notamment la conduite de certains serviteurs qui pris de peur ou par rébellion refusent d’accomplir l’ordre du Maître.  Il en est de même aujourd’hui, ceux qui s’opposent consciemment ou inconsciemment au règne du Seigneur Yéshoua sur son Eglise sont les chefs religieux ; Ce sont eux qui cachent sa face aux autres croyants en s’érigeant en intermédiaire (système pyramidal), en mettant en place des systèmes religieux non bibliques, en rejetant la messianité de Yéshoua comme seul intermédiaire entre l’Eternel Dieu et l’humanité.

Et toi ?

Le Seigneur Yéshoua était venu en tant que Messie souffrant (Esaïe 53), cependant Il revient en tant que Messie triomphant (Révélation 19 : 11-21) pour juger ses serviteurs en particuliers ceux à qui Il a conféré des dons et des ministères, chacun sera jugé et évalué selon son œuvre. Les dix serviteurs ont tous reçu la même valeur de mine, cependant ils n’ont pas eu le même bénéfice ou le même gain en valorisant ce que chacun a reçu sous l’assistance et la guidance de l’Esprit Saint. En effet, le Maître après son départ a pris soin d’envoyer à ses serviteurs l’Esprit de vérité pour les rendre capable de valoriser et de conserver les mines selon qu’il est écrit dans Jean 14 : 16-18 « Et je prierai le Père, qui vous donnera un autre Consolateur, pour demeurer éternellement avec vous, L’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure avec vous, et qu’il sera en vous. Je ne vous laisserai point orphelins ; je viens à tous ».  Ils sont tous des serviteurs en activité au service du Maitre avant que celui-ci ne les appelle pour leur confier cette mission. Il n’est pas aller chercher des gens assis chez eux ! Quelqu’un a dit « on ne reçoit pas l’Esprit Saint pour aller vendre au marcher » ! A mon humble avis, chaque personne née de nouveau dans le Messie (Christ) est à son service et ne doit pas attendre avant de commencer à témoigner, à travailler pour le Royaume. C’est en activité que ses dix serviteurs ont été sélectionnés et dotés de mines, c’est-à-dire de dons spéciaux, de ministères, d’opérations ou de talents pour aller plus loin dans leur service. Et plus un serviteur prend à cœur son service et manifeste du zèle pour le Seigneur plus Yéshoua par l’Esprit Saint l’équipe et fait fructifier le don ou le ministère ou l’opération spéciale qu’Il lui a confié.  Les 70 ont découvert que les maladies et les démons leurs sont soumis que l’lorsqu’ils sont allés sur le terrain ! Alors mon frère, ma sœur, veux tu expérimenter le don de guérison prie et commence par prier pour les malades. Veux tu découvrir le ministère que le Seigneur Yéshoua t’a donné alors commence par lui rentre le « moindre » de tous les services qu’est le témoignage.

Le premier des dix serviteurs ayant reçu la mine en gagne dix autres, il revoit en récompense l’autorité sur dix villes, qui ont plus de valeur que les dix mines.  Le second qui a gagné cinq mines, reçoit cinq villes….Nous remarquons que chaque récompense est proportionnelle au bénéfice et au zèle manifesté par chaque serviteur ! Tous ceux qui sont nés de nouveaux et qui marchent dans l’obéissance rentreront dans le Royaume de Dieu (Elohim), cependant tous n’auront pas les mêmes récompenses (1 Corinthiens 3 : 9-15).  Il n’a été fait mention du troisième serviteur, ni du quatrième…. mais je suppose que tous les autres ont apporté un certain gain au Maître sauf un qui semble avoir été influencé par la propagande des chefs religieux.  Au lieu de s’excuser de sa paresse, il se permet de juger son Maître en l’affublant de caractéristiques désavantageuses, le décrivant comme un opportuniste cruel et impitoyable qui s’accapare sans pitié du bien d’autrui. Ce serviteur indigne – puisque le disciple accompli sera comme son maitre – s’est contenté de cacher sa mine ou de l’enfouir dans un coin. Je rappelle que cette mine est très précieuse et que sa valeur est également en fonction de la qualité de celui qui l’a donné. Dans ce monde les gens ne traitent pas tous les cadeaux qu’ils reçoivent de la même manière, mais c’est toujours en fonction du donateur ! Et il est possible à ce serviteur indigne de placer cette mine sur un compte bancaire afin qu’elle génère quelques bénéfices pour son Maître. Néanmoins du haut de son insignifiance abyssale par rapport au Maître « C’est lui qui est assis au-dessus du globe de la terre, et ceux qui l’habitent sont comme des sauterelles ; c’est lui qui étend les cieux comme un voile, et les déploie comme une tente pour y habiter. Esaïe 40 :22 », il ose critiquer son Maître et justifier sa paresse et son inaction par les prétendus défauts de ce dernier. Je suis certain que durant tout le temps que la mine était restée dans le linge, ce serviteur hypocrite a travaillé pour lui-même. Il pense à tort que son Maître qui « moissonne là où il n’a pas semé » risque de prendre tout le bénéfice sans rien lui laisser. Il a donc choisi de ne pas faire la volonté de celui-ci pour ne pas l’enrichir. Normalement , la peur du châtiment et la rudesse supposée du Maître devrait pousser ce serviteur à obéir promptement à l’ordre du Maître ! Le jugement du Maître est sans appel, ce mauvais serviteur est dépouillé de sa mine et même de son statut de serviteur. De même ceux qui dépendent du Seigneur Yéshoua « Je suis le cep, et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruit ; car sans moi, vous ne pouvez rien faire. Jean 15 :5 » pour faire sa volonté sont approuvés de Lui. Les autres qui le servent pour des motifs égoïstes, qui utilisent son Nom et ses dons pour s’enrichir, créer des entreprises religieuses et profiter de la crédulité des frères et sœurs, seront rejetés sans ménagement selon qu’il est écrit dans Matthieu 7 : 21 « Ce n’est pas tout homme qui me dit : Seigneur ! Seigneur ! qui entrera dans le royaume des cieux ; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux ». A ces faux serviteurs, il faudrait ajouter les sois- disant leaders ou responsables d’assemblées qui pour garder leur primauté et leur mainmise sur les autres disciples empêchent l’émergence d’autres ministères et de tous ceux qui pourraient leur faire de l’ombre.

Interrogeons donc et analysons nos pratiques et nos manières de vivre l’Eglise à la lumière des Ecritures selon l’exhortation que l’Esprit Saint adresse à tous les disciples dans 2 Corinthiens 3 : 5 « Examinez-vous vous-mêmes pour savoir si vous êtes dans la foi ; mettez-vous vous-mêmes à l’épreuve. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus le Christ est en vous ? A moins peut-être que vous ne soyez disqualifiés ».

Maranatha ! Viens Seigneur Yéshoua !

Laisser un commentaire