ECHEC EN SERIE

Juges 1 : 1- 2 : 5 : Après la mort de Josué, les Israélites consultèrent l’Eternel en disant: «Qui de nous montera le premier contre les Cananéens pour les attaquer?»  L’Eternel répondit: «C’est Juda qui montera. Voici, j’ai livré le pays entre ses mains.»  Juda dit alors à son frère Siméon: «Monte avec moi dans le pays qui m’est attribué par tirage au sort, et nous combattrons les Cananéens. J’irai aussi avec toi dans celui qui t’est attribué.» Et Siméon l’accompagna.  Les hommes de Juda montèrent, et l’Eternel livra les Cananéens et les Phéréziens entre leurs mains. Ils battirent 10’000 hommes à Bézek…….. L’Eternel fut avec Juda, qui se rendit maître de la montagne; mais il ne put chasser les habitants de la plaine, parce qu’ils avaient des chars en fer……… Aser ne chassa pas les habitants d’Acco ni ceux de Sidon, d’Achlal, d’Aczib, de Helba, d’Aphik et de Rehob.  Les Asérites habitèrent au milieu des Cananéens qui étaient installés dans le pays, car ils ne les chassèrent pas……

Josué est mort après avoir conquis le pays de Canaan et attribué à chaque tribu la portion  qui lui est échue de la part de  l’Eternel. Il restait donc à chacune de parachever la conquête dans chaque territoire afin d’entrer définitivement dans la promesse qui a été faite à leurs ancêtres. Il en est de même de chaque croyant en Jésus (Yeshoua) qui a les promesses de la Vie éternelle et les arrhes de l’Esprit mais qui doit s’efforcer de chercher d’abord le royaume et la justice de Dieu (Elohim) pour rentrer  dans toutes les bénédictions de l’Esprit dans le monde céleste qui, toutes, sont dans le Messie.

Les enfants de Juda, aidés des descendants de son frère Siméon débutent en fanfare avec une série de victoires spectaculaires. L’Eternel a tenu sa promesse ! La coalition Juda-Siméon a battu les Cananéens et les Phéréziens malgré leur » puissance de feu » et leur nombre parce que  l’Eternel combattait pour Juda comme Il l’a dit dans Josué 23 : 10.  Les Judéens déloge les Cananéens de  la montagne (le plus difficile), mais  « n’a pas pu chasser les habitants de la plaine parce qu’ils avaient des chars en fers ». Les autres tribus ont connu les mêmes échecs, elles se sont emparés  de quelques localités dans leur portion, puis se sont arrêtées en chemin. Certaines de ses tribus au lieu de combattre s’installent  carrément au milieu des Cananéens (par accord tacite ?), pire les descendants de Dan ont été repoussés par les Amoréens dans la montagne et ne pouvant pas les vaincre, ils choisissent une solution de facilité en allant, en dehors de leur territoire,  massacrer un « peuple qui vit sans inquiétude » paisible et sans défense selon Juges 18.

L’Eternel a dit « je donne tout le pays à Juda… »,  Parce que la royauté lui appartient (j’attire votre attention que le livres des juges est un livre prophétique selon la classification hébraïque) et  de Juda sortira le Messie Yeshoua,  le Roi d’Israël.

Juda devrait diriger ses autres frères vers la victoire en montrant une confiance absolue dans les promesses de l’Eternel et une bravoure au combat. Son échec  à  conquérir toute la portion de territoire qui lui était échue a entrainé l’échec des autres tribus, a favorisé la débandade des autres tribus qui n’ont pas trouvé nécessaire  de persévérer  jusqu’au bout.

Tout croyant en Yeshoua est un témoin qui doit marcher d’une manière digne de l’évangile en toutes circonstances pour être un exemple pour  le Monde, les Juifs et l’Eglise. La bonne réputation vaut mieux que le bon parfum dit le Sage !  Même mort nos ainés dans la foi sont toujours « vivants dans le Messie Yeshoua » et sont des exemples à suivre selon  Hébreux 13 : 7 et 1 corinthiens 11 :1.

La défaillance de Juda a entrainé la défaillance des autres ! Pourquoi ? Parce que c’est à lui – après la mort de Josué- que l’Eternel a confié la suite des opérations de combats qui devrait amener peuple à entrer définitivement dans la promesse et chaque tribu a sa part  à faire sans défaillir……

Les tribus ne sont pas séparées, mais elles sont unies sous la supervision de Juda (type du Messie)  à qui la royauté  est échue. Il en est ainsi de l’’Eglise, elle est diverse, composée de plusieurs églises locales différentes dans leur expression  mais unie sous la conduite du  Seigneur Yeshoua. L’Eglise est décrite dans la Parole comme  un corps vivant, ce qui fait que la défaillance  d’un organe ou sa blessure fait souffrir tout le corps  et limite son efficacité. L’Eglise ne se limite pas aux quatre murs des  dénominations, mais elle est une structure spirituelle dont les implications dépassent  son séjour terrestre selon qu’il est écrit dans Hébreux 12 : 22-24 «Au contraire, vous vous êtes approchés du mont Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et ses dizaines de milliers d’anges  en fête, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans le ciel. Vous vous êtes approchés de Dieu qui est le juge de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection,  de Jésus, qui est le médiateur d’une alliance nouvelle, et du sang purificateur porteur d’un meilleur message que celui d’Abel  ». Si sa tête est céleste, son  corps  l’est aussi !  Cette simple  compréhension est suffisante pour nous amener à désirer plus de sanctification car c’est une chose terrible de tomber dans la main du Dieu vivant. 

Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, la guerre des « églises » ou des « pasteurs », est sur la place publique. Quelle est cette armée dont les chefs de mille ou de cent –en fait des serviteurs-  se disputent le leadership  au lieu de nourrir et de former la troupe au combat ? Matthieu 24 : 45-51 «Quel est donc le serviteur fidèle et prudent que son maître a établi responsable des gens de sa maison pour leur donner la nourriture en temps voulu?  Heureux le serviteur que son maître, à son arrivée, trouvera occupé à son travail!  Je vous le dis en vérité, il l’établira responsable de tous ses biens. 48 Mais si c’est un mauvais serviteur, qui se dit en lui-même: ‘Mon maître tarde à venir’,  s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes,  le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas.  Il le punira sévèrement et lui fera partager le sort des hypocrites: c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents ».  L’un des problèmes des croyants dans le Messie Yéshoua est l’unité, qui ne veut pas dire en aucun cas Uniformité. L’unité comme l’Amour ne fait pas  de mal aux  frères ou sœurs. Ce n’est pas parce que le frère un tel n’a pas les mêmes compréhensions que toi sur un point particulier – de la Parole de Dieu- qu’il est ton ennemi et doit être vilipendé. Car personne ne dit que le Messie Yeshoua est Seigneur si ce n’est par l’Esprit Saint !  Je ne parle pas ici de « sectes », ni de faux serviteurs qui travaillent pour leur propre ventre qu’il faut dénoncer sans ménagement mais sans  injuries ni menaces !

Cette guerre de parachèvement avait duré plusieurs années et  les raisons de cet échec sont multiples  et variées:

Le manque de confiance en l’Eternel : tant que  Josué et les anciens étaient en vie  l’adoration et l’attachement à l’Eternel étaient au centre de la vie du peuple. Mais après leur disparition  est apparue  « une autre génération »,  «  laquelle n’avait point connu l’Eternel, ni les œuvres qu’il avait faites pour Israël ». Peut-être que cette « nouvelle génération » se voyait plus « progressiste » et traitait les témoignages  laissés par les anciens comme une sorte de légendes ou de mythe. Elle s’était donc éloignée progressivement du Culte du Dieu vivant pour une religion  cananéenne (à mystère) moins exigeante  sur le plan de la moralité.   « Même lorsque les Israelites furent devenus plus puissants, ils ne parvinrent pas à les chasser mais ils leur imposèrent certains travaux ».  Car ce n’est ni pas la force ni par la puissance que l’on gagne une bataille mais c’est par la foi dans le Seigneur selon qu’il est écrit que notre foi triomphe du monde.

Mon frère, ma sœur, as-tu confiance (foi)  en l’Eternel -Dieu ?  sa Parole est elle une lampe à ton pied et une lumière sur ton sentier ?

La peur : certains Cananéens avaient des  armes plus sophistiquées, des armes de « destruction massive » donc plus difficile à vaincre. Le peuple a oublié que l’Egypte (la première puissance de l’époque) a été terrassée ainsi que tous les peuples guerriers qui s’étaient opposés au peuple Hébreu, non pas parce que les Israelites étaient des hommes aguerris, mais parce que l’Eternel le Dieu d’Israël combattait pour eux.  

La peur  et l’échec de Juda contraste avec la confiance  et le courage de Caleb (membre de la tribu de Juda !),  qui  n’a pas eu peur de la grande taille des enfants d’Anak, lointain cousin de Goliath. Il est monté contre Hébron et a chassé  les trois fils d’Anak et tous les autres  habitants malgré leur dextérité au combat. Caleb a placé sa foi dans la promesse de l’Eternel prononcée par Moïse au désert et n’a reculé devant aucun obstacle pour l’atteindre.  La peur paralyse et inhibe nos capacités d’analyse d’une situation et sème le doute en nous.

Et toi ma sœur ! Et toi mon frère ! De qui ou de quoi as –tu peur pour désobéir à Dieu ?

Soyons de ceux qui ne se relâchent pas, mais qui imitent ceux qui, par la foi et la patience, reçoivent l’héritage promis ! Et de ceux qui par la foi,  ont vaincu des royaumes, exercé la justice, obtenu la réalisation de promesses, fermé la gueule de lions,  éteint la puissance du feu, échappé au tranchant de l’épée, repris des forces après une maladie, été vaillants à la guerre, mis en fuite des armées étrangères ! (Hébreux 6 : 12 et 11 : 33-34)

La lassitude au combat, la fatigue : Cette guerre de conquête a duré des années et le peuple s’était lassé après quelques échecs malgré qu’il ne restait que quelques Cananéens « sans force » que les Israelites ont  considéré à tort comme insignifiant. En outre, la nouvelle génération a trouvé peut être que l’ordre de l’Eternel était trop sévère. En outre, le peuple s’était habitué à la « défaite », à l’à peu près et ne s’était pas affligé comme après la défaite d’Aï. A force de tolérer le péché, de relativiser ses échecs sans en tirer des leçons nous amène progressivement à la l’indiscipline et au désespoir puis à l’apostasie.

La décadence spirituelle et la désobéissance : Peut-être  que les Israelites  ont choisi délibérément  de faire alliance avec les  Cananéens (idolâtres donc des ennemis de l’Eternel !) par les liens du mariage et de culte de manière à les neutraliser en les absorbant.  En outre, Ils n’ont pas détruit les objets du culte idolâtre comme l’Eternel le leur a commandé.  Au contraire il se sont laissé séduit, ensorcelé par les rituels sensuels et des lois immorales du culte des idoles. Les tribus étaient tombées dans un relativisme  en mettant  l’Eternel (le Seul vrai Dieu) sur un même plan que les divinités Cananéennes. De nos jours, il est fréquent d’entendre de soi-disant « pasteurs » ou simples chrétiens qui remettent en cause le principe de séparation entre un croyant en Yeshoua et un non croyant, surtout dans le mariage ou des affaires. On trouve aussi  des biens- pensants chrétiens qui mettent « toutes les divinités dans le même sac » oubliant que Seul l’Eternel a créé les cieux et la Terre : En effet, il est vrai qu’il y a des êtres appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, et de fait il y a beaucoup de dieux et de seigneurs.  Néanmoins, pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous vivons, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui tout existe et par qui nous vivons.1 Cor.8 : 5-6. Lui Seul annonce à l’avance ce qui n’est pas encore. Les fondateurs des autres religions ne sont jamais revenus de la mort, Yeshoua Seul a brisé les liens de la mort et est ressuscité ! De nos jours, l’humanisme ou le « religieusement correct » semble avoir pris le dessus  sur la parole de Dieu dans certains milieux chrétiens.

Le passage à la nouvelle génération : Elle est décrite comme « une autre génération qui ne connaissait point l’Éternel, ni les œuvres qu’il avait faites pour Israël » malgré qu’elle ait été instruite par Josué et la génération précédente.  Le  verbe « connaitre »   traduit de l’Hébreu « Yada »  apparait pour la première fois dans le livre de Genèse 3 : 5 « mais Dieu sait que, du jour où vous en mangerez, vos yeux seront dessillés, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal ». Il peut aussi prendre le sens de : Savoir, connaître, reconnaître, apprendre, connaissance, soin, choisir, s’apercevoir, ignorer, voir, habile, trouver, comprendre, être certain, découvrir, discerner, confesser, considérer, être sage, faire une discrimination, connaître une personne d’une façon charnelle………

Faisons donc attention à la manière dont nous transmettons notre foi en Yeshoua à nos enfants.

«Le vrai croyant en Yeshoua n’échoue jamais, soit il gagne soit il apprend…. »

Laisser un commentaire