LA VILLE DE REFUGE

Josué 20 : 1 – 9 . L’Eternel dit à Josué : 2 « Parle en ces termes aux Israélites : ‘Etablissez-vous, comme je vous l’ai ordonné par l’intermédiaire de Moïse, des villes de refuge : 3 l’auteur d’un homicide, celui qui aura tué quelqu’un involontairement, sans en avoir l’intention, pourra s’y enfuir. Elles vous serviront de refuge contre le vengeur du sang. 4 L’auteur de l’homicide s’enfuira vers l’une de ces villes, s’arrêtera à l’entrée de la ville et exposera son cas aux anciens de cette ville. Ils l’accueilleront chez eux dans la ville et lui donneront un endroit où habiter avec eux. 5 Si le vengeur du sang le poursuit, ils ne livreront pas l’auteur de l’homicide entre ses mains, car c’est sans le vouloir qu’il a tué son prochain et sans avoir été auparavant son ennemi. 6 Il restera dans cette ville jusqu’à ce qu’il ait comparu devant l’assemblée pour être jugé et jusqu’à la mort du grand-prêtre alors en fonctions. A ce moment-là seulement, l’auteur de l’homicide pourra repartir et retourner dans sa ville et dans sa maison, dans la ville d’où il s’était enfui’».

Les rescapés du peuple sorti d’Egypte se sont définitivement installés dans le pays de Canaan et se sont constitués en Nation. L’Eternel dans sa grâce leur a donné plusieurs catégories de lois pour une bonne gouvernance, ce sont des lois justes qui sont le reflet de sa sainteté.  Le Livre de Job 37 : 23 nous apprend que l’Eternel est « Grand par la force, Par la justice, par le droit souverain… » . C’est pourquoi il est dit que le trône de l’Eternel est fondé sur la bonté et la justice. Aucun domaine de la vie de la jeune nation n’est épargné même la cuisine, car sans lois aucune nation ne peut subsister. Bien avant l’installation d’Israël en Canaan, l’Eternel a donné à son serviteur Moïse, des lois différentes de celles des nations païennes environnantes mais basées sur la justice et l’équité. Ainsi nous trouvons des lois morales, cérémoniales et liturgiques, alimentaires et culinaires, administratives, financières, commerciales et judiciaires pour faire de la nation d’Israël une nation pilote qui une fois réussie devrait porter la Parole de l’Eternel aux autres nations.  Ce rôle de « peuple prêtre » reprendra dans le millenium selon qu’il est écrit dans Esaïe 2 : 3 « Et plusieurs peuples iront, et diront : venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob ; et il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers ; car la Loi sortira de Sion, et la parole de l’Eternel sortira de Jérusalem ».

Le principe de ville refuge énoncé par l’Eternel depuis le livre des Nombres (35 : 9-15) règlemente la loi sur l’homicide involontaire. Elle vient équilibrée celle de Genèse 9 : 5-6 « Celui qui répandra le sang de l’homme, par l’homme son sang sera répandu ; car Dieu a fait l’homme à son image ».  

Ces lois, loin d’être obsolètes, ont inspiré la législation de plusieurs nations qui ont adaptés ces lois Bibliques à leur code pénal contrairement à d’autres où même les bases d’une loi juste et équitable sont absentes.  Une nation et une royauté se construisent et s’affermissent par la justice et non par la corruption et la brutalité selon qu’il est dans Proverbe 29 :4 « Un roi affermit le pays par la justice, Mais celui qui reçoit des présents le ruine ». C’est un principe biblique évident et une vérité apodictique : regardez la classification des pays les plus corrompus et vous verrez que les pays les plus corrompus sont les plus miséreux !

Les 6 villes refuges qui peuvent être atteintes en un jour, 3 à l’ouest du Jourdain et 3 à l’est servent d’asile à l’auteur d’un crime non prémédité ou homicide involontaire jusqu’à ce qu’une enquête établie sa culpabilité ou non. Les anciens et les lévites de la ville où il se réfugie assure sa protection contre le vengeur de sang jusqu’à son procès. S’il est reconnu innocent, l’auteur du crime reste dans la ville de refuge jusqu’à la mort du souverain sacrificateur avant de rentrer chez lui. Mais s’il est reconnu coupable, il devrait subir le châtiment prévu.

L’auteur d’un crime qui parvient à entrer dans une ville refuge sauve sa vie et les habitants de cette ville lui offre le salut en attendant son procès puisqu’il est interdit de livrer l’auteur d’un homicide entre les mains du vengeur de sang. Celui-ci, souvent membre de la famille de la victime, est chargé par sa famille de venger la victime donc d’exercer un jugement conformément à Genèse 9 le verset 6.

Tout croyant en Jésus « Yeshoua » sait que toutes les’Ecritures (1er et 2e testament) sont centrées sur le Messie et Lui rendent témoignage de Genèse à Apocalypse : Vous sondez les Écritures, parce qu’en elles vous croyez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Jean 5 :39.  Ainsi le principe de la « ville de refuge » est une image du Seigneur Yehoua qui accueille le pécheur repentant et le réhabilite. Dans Romains 3 : 23, il est écrit « Car il n’y a point de distinction, puisque tous ont péché… »et tous méritent la mort puisque « le salaire du péché, c’est la mort…. Romains 6 : 23 ». Mais le pécheur qui se réfugie dans le Messie Yeshoua (l’Eternel Sauve ou est Sauveur) comme dans une ville refuge échappe au jugement et obtient la Vie Eternelle. Sachez-le donc, mes frères : c’est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé et c’est par lui que toute personne qui croit est libérée de toutes les fautes dont vous ne pouviez pas être libérés par la loi de Moïse. Actes 13 : 38-39.

Le Seigneur Yeshoua protège le pécheur repentant contre l’ennemi de nos âmes ; Il est le juste juge et se substitue au pécheur en subissant « la punition qui lui donne la paix » à sa place. IL EST le Souverain Sacrificateur qui garantit la vie au pécheur repentant et puisqu’IL « peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur ». Et puisqu’ Il est toujours vivant personne ne peut « toucher » celui qui est sous sa protection selon qu’il est écrit dans Psaume 61 : 4 « Car tu es pour moi un refuge, Une tour forte, en face de l’ennemi », et dans Jean 10 :28 « Je leur donne la vie éternelle, elles ne périront jamais, et nul ne les ravira de ma main ».    

Le Seigneur Yeshoua est plus qu’une ville de refuge, Il est la Solution offerte par l’Eternel à l’humanité en perdition. Il n’y a pas de plan B ou C ! Le meurtrier ayant commis un homicide a juste un jour pour rallier la ville refuge la plus proche de lui pour échapper au jugement du vengeur du sang.

 Et toi ! Combien de jours as-tu pour te décider d’entrer ou non dans le salut proposé par l’Eternel en Yeshoua et échapper au jugement qui vient ? Il est écrit dans Ecclésiaste 12 : 14 « Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal ». Le jugement qui vient emportera tous ceux qui, par incrédulité ou défiance, refusent et refuseront de trouver refuge en Yeshoua. L’Eternel Dieu a fait sa part. Et toi ?  La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Confesses de ta bouche le Seigneur Yeshoua, et crois dans ton cœur que l’Eternel Dieu l’a ressuscité des morts, reçois – Le, continue de Le recevoir, et TU SERAS SAUVÉ (Romains 10 : 8-9) !

Car « De quel plus grand châtiment penses-tu que sera jugé digne celui qui foulera aux pieds le Fils de Dieu, et qui tiendra pour profane le sang de l’alliance, par lequel il avait été sanctifié, et qui outragera l’Esprit de la grâce » ? Hébreux 10 :29.

Prions : « Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi ! Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, Jusqu’à ce que les calamités soient passées ». Psaumes 57 :2.

Amen ! Viens, Seigneur Yeshoua !

Que la grâce du Seigneur Yeshoua soit avec nous tous !

Laurent.

Laisser un commentaire