LA MARQUE D’UN VRAI SERVITEUR DE L’ETERNEL.

Marc 1 : 1 – 13. «  ….Jean était vêtu de poils de chameau, il avait une ceinture de cuir autour de ses reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Et il prêchait en disant : Il en vient un après moi, qui est plus puissant que moi, et dont je ne suis pas digne, en me baissant, de délier la courroie des souliers…. »

Cette présentation très sobre de Jean le baptiseur, le plus grand de tous les prophètes selon le Seigneur Jésus (Yeshoua), contraste avec l’image que certains pasteurs,  prophètes et évangélistes  se donnent aujourd’hui  d’eux-mêmes. Ils sont vêtus de « pourpre et d’écarlate », de costumes à la mode ou de vêtements « sacerdotaux » pour impressionner les masses ignorantes. Ces loups déguisés en berger vivent au crochet de leurs ouailles, incapables de faire comme les béréens, en fouillant eux-mêmes dans la Bible pour vérifier les propos  de leurs pasteurs ou prophètes.

Jean n’a rien, comme son Maître, pour attirer la foule, il est habillé simplement et son alimentation est constitué de ce qu’il arrive à trouver dans le désert : sauterelles et miel. Il a fait des années dans le désert (comme le Seigneur  Yeshoua qui a passé 40 jours dans le désert, probablement en lien avec les 40  années du peuple Hébreux dans le désert) pour être formé par l’Eternel à sa mission : préparer le chemin du Seigneur Yeshoua et préparer le cœur du  peuple à revenir à Dieu. Il ne s’est pas revendiqué de sa conception extraordinaire (rempli de l’Esprit de Dieu durant l’embryogénèse !), ni de son lien de cousinage avec le Messie d’Israël, Même questionné, Jean avec humilité refuse de s’approprier le titre de prophète, préférant  n’être que « la voix de Celui qui crie dans le désert ». Il ne s’est pas autoproclamé non plus « général»,  « commandant », ou « archibishop » ou « trucmuche » ou  d’autres titres ronflants que plusieurs s’attribuent aujourd’hui pour voler et exploiter les masses, selon qu’ Il est écrit  dans Proverbes 27, verste 2 « Qu’un autre te loue, et non pas ta propre bouche; que ce soit un étranger, et non tes lèvres ». 

Jean le Baptiseur s’est humilié lui-même jusqu’à déclarer publiquement qu’il n’était pas digne, en se baissant de délier la courroie des souliers du  Seigneur Yeshoua, qui lui a rendu un vibrant témoignage en déclarant que Jean était « l’Elie » et « le plus grand des prophètes »

 Jean le Baptiseur n’a pas eu d’exigence particulière durant son ministère, se nourrissant simplement,  contrairement à certains « leaders » qui exigent une enveloppe conséquente alors que d’autres demande un hôtel 5 étoiles et une voiture qui sied à leur rang de « ministre de Dieu »  alors que le mot ministre est plus en lien avec serviteur  selon qu’il est écrit dans Marc 10 :43-44 « Ce n’est pas le cas au milieu de vous, mais si quelqu’un veut être grand parmi vous, il sera votre serviteur;  et si quelqu’un veut être le premier parmi vous, qu’il soit l’esclave de tous ». Ils demandent un salaire pour exercer leur «  ministère » comme s’ils sont la source de celui-ci (1 Cor 4 : 7). Ils ont peut-être oublié l’exhortation que le Seigneur Yeshoua a adressé à ses apôtres dans l’exercice de leur ministère dans Matthieu 10 :7-8 : Et quand vous serez partis, prêchez, et dites: Le royaume des cieux approche.  Guérissez les malades, nettoyez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

 Le prophète Jean le Baptiseur ne s’est pas recommandé lui-même, il est annoncé par deux autres prophètes des siècles avant sa naissance, sans oublier le témoignage de l’Ange Gabriel (Puissance de Dieu). Ainsi Esaïe et Malachie ont prophétisé sa venue puisque la vérité d’une parole ou d’une prophétie est établie sur la déposition de deux ou de trois témoins.

Jean le Baptiseur ne s’est pas mis en avant en tant que « Prophètes » ou « homme de Dieu », il a prêché le retour à Dieu (Elohim) et malgré la « dureté » de son message des foules conduites par l’Esprit Saint sont venues en masse. Son message est centré sur le Seigneur Yeshoua, l’agneau qui ôte le péché du monde, contrairement à certains pasteurs ayant un  prurit religieux qui s’empressent d’afficher sur les réseaux sociaux  les moindres « miracles »,  « délivrances » et « faits » les concernant pour ne pas être doublé par les autres qui visent la même clientèle. Le vrai évangile (bonne nouvelle) est  centré sur le Messie et élève l’agneau parfait qui en se donnant en sacrifice donne la possibilité à chaque être humain sans exception d’être pardonné de ses péchés et d’avoir la vie Eternelle selon Jean 3 : 16, et non sur le nombre de miracles, de délivrances, de costumes ou de voitures de luxe que l’on possède !

Mes  chers frères et chères sœurs en Christ Yeshoua, méfions-nous des contrefaçons !

L’humilité est la marque des vrais serviteurs de Dieu selon qu’il est écrit dans Philippiens « Qu’il y ait donc en vous un même sentiment qui a été en Jésus-Christ. Lequel étant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une usurpation d’être égal à Dieu. Cependant il s’est anéanti lui-même, ayant pris la forme de serviteur, fait à la ressemblance des hommes; Et étant trouvé en figure comme un homme, il s’est abaissé lui-même, et a été obéissant jusques à la mort, à la mort même de la croix ».

Maranatha !

Laisser un commentaire