UNE NATION DIVISÉE.

Juges 12 : 1- 15 Les hommes d’Éphraïm, s’étant rassemblés, partirent pour le nord, et dirent à Jephthé: Pourquoi es-tu allé combattre contre les enfants d’Ammon, sans nous avoir appelés à marcher avec toi? Nous brûlerons ta maison, et nous te brûlerons aussi.  Et Jephthé leur dit : Nous avons eu de grandes contestations avec les enfants d’Ammon, moi et mon peuple ; et quand je vous ai appelés, vous ne m’avez pas délivré de leurs mains.  Et voyant que vous ne me délivriez pas, j’ai exposé ma vie, et j’ai marché contre les enfants d’Ammon, et l’Éternel les a livrés en ma main. Pourquoi donc êtes-vous montés aujourd’hui contre moi, pour me faire la guerre ? Puis Jephthé, ayant rassemblé tous les gens de Galaad, combattit contre Éphraïm ; et les hommes de Galaad battirent ceux d’Éphraïm, parce que ceux-ci avaient dit : Vous êtes des fugitifs d’Éphraïm ! Galaad est au milieu d’Éphraïm, au milieu de Manassé ! Et Galaad s’empara des gués du Jourdain, avant que ceux d’Éphraïm n’y arrivassent. Et quand un des fugitifs d’Éphraïm disait : Laissez-moi passer ; les gens de Galaad lui disaient : Es-tu Éphratien? et il répondait: Non.  Alors ils lui disaient : Eh bien, dis : Shibboleth (fleuve et il disait Sibboleth, sans faire attention à bien prononcer ; alors, le saisissant, ils le mettaient à mort aux gués du Jourdain. Il périt en ce temps-là quarante-deux mille hommes d’Éphraïm…….

Les hommes d’Ephraïm prennent violemment à partie Jephthé comme ils l’ont fait avec Gédéon (Juges 8 : 1-3) et menacent de le bruler avec sa maison. Ils n’ont pas supporté que Jephthé et l’armée de Galaad aient combattu les Ammonites sans eux. Alors même qu’ils n’avaient pas répondu à l’appel au secours de Jephthé lorsque les fils d’Ammon contestaient la légalité de la présence d’une partie d’Israël en Galaad. Jephthé, avec habileté essaye de calmer la colère des hommes d’Ephraïm en mettant l’accent sur l’Eternel le véritable acteur de cette victoire selon qu’il est écrit dans 1 Samuel 17 : 47 « Et toute cette assemblée saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que l’Eternel sauve. En effet, la victoire appartient à l’Eternel et il vous livre entre nos mains.». Cette colère des hommes d’Ephraïm est incompréhensive et les menaces proférées contre Jephthé injustifiés. Ils sont surement jaloux du succès de l’armée de Galaad et surtout du butin récupéré par cette dernière. En outre il y une sorte de condescendance d’Ephraïm par rapport à la population de Galaad issue d’un mélange de tribus dont la demi tribu de Manassé frère ainé de rang d’Ephraïm dont la descendance est appelé à jouer un rôle prophétique majeur parmi les nations selon Genèse 48 : 17-20 «…. Mais son père refusa, et dit : Je le sais, mon fils, je le sais. Lui (Manassé) aussi deviendra un peuple, lui aussi sera grand ; toutefois son frère (Ephraïm), le cadet, sera plus grand que lui, et sa postérité sera une multitude de nations… ». Jephthé semble avoir perdu son talent de négociateur comme il l’a démontré avec le Roi des Ammonites. Il était peut-être acculé par l’armée Ephraïmite venue pour faire la guerre à leurs frères et tuer pour un détail ! Peut-être aussi que Jephté a simplement perdu patience d’autant plus que les Ephraïmites se moquaient et traitaient les Galaadites avec mépris.  La guerre était alors inévitable et la riposte des Galaadites est foudroyante avec 42 000 morts pour rien. Cette guerre civile aurait pu être évitée si chaque protagoniste a pris le temps de consulter l’Eternel le Dieu d’Israël, mais la foi en Lui après plusieurs années d’apostasie était faible et la relation avec Lui distante, les pulsions agressives et la violence ont pris donc le dessus. Et la grande victoire qu’Israël vient de remporter sur les Ammonites est vite oublié et remplacé par une guerre civile. Sachons que l’ennemi de nos âmes attaque et embrouille souvent les croyants à la suite d’une grande victoire ou percée !

Cette guerre fratricide est à mettre en parallèle avec la guerre qui fait rage entre les dénominations chrétiennes et au sein même de certaines assemblées. Aujourd’hui avec l’avènement des réseaux sociaux les protagonistes de cette guerre civile dans l’église ne se cachent plus ! Les invectives, les mensonges et de coups bas entre les responsables « chrétiens » sont légions malgré les avertissements (Luc 11 :17 Tout royaume divisé contre lui-même sera réduit en désert ; et toute maison divisée contre elle-même tombera en ruine) du Seigneur Yéshoua, le chef de l’Eglise et de tout croyant qui se réclame de Lui.  Certains responsables ou prédicateurs ne prêchent plus la parole de Dieu, ils passent leurs temps à déconstruire ou à copier la prédication de l’autre et à s’auto-promotionner. Ils n’hésitent pas à pêcher dans le « bocal » de ses collègues quitte à les dénigrer. D’autres se réclamant d’une nouvelle onction spéciale et ayant des pouvoirs extraordinaires se rivalisent pour avoir le plus grand bâtiment d’église ou le plus grand auditoire. D’autres encore étalent sur les réseaux sociaux leur richesse décrite comme une « bénédiction du ciel » pour se moquer des croyants décrits comme ayant peu de foi. Dans une même assemblée l’amour a fait place à la mesquinerie, aux disputes et aux intrigues de toutes sortes pour soumettre et dominer les autres croyants. Des croyants soi-disant inspirés d’une dénomination passent plutôt perdent du temps à prier contre d’autres croyants d’une autre dénomination qui invoquent le même Seigneur. Les premiers ont certainement oublié les avertissements du Seigneur Yéshoua qu’une maison divisée contre elle-même ne peut subsister et que notre combat n’est pas contre la chair et le sang. Comment des disciples du Messie Yéshoua peuvent prier en son Nom contre d’autres disciples pour lesquels il a aussi donné sa vie ?  A mon avis lorsqu’un disciple prie contre un autre disciple, c’est le diable qui l’exauce ! Cette guerre absurde s’oppose à la prière du Seigneur Yéshoua dans le chapitre 17 de l’évangile de Jean où Il prie son Père pour l’unité des disciples. Et elle perdure et fait rage entre différentes dénominations et entre croyants parce que les uns disent « nous avons raisons et vous avez tort » et les autres disent aussi la même chose « nous avons raison et vous avez tort ». Néanmoins, Seul l’Eternel a raison et nous avons tous torts puisqu’il est dit dans Romains 3 : 4  « Nullement ! Mais que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur, selon qu’il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, et que tu gagnes ta cause lorsqu’on te juge« . Efforçons-nous donc de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix, puisqu’ Il y a un seul corps et un seul Esprit, de même que vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation.  Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous. Il est au-dessus de tous, agit à travers tous et habite en nous tous.

Maranatha ! Viens Seigneur Yéshoua (Jésus) !  Laurent,                                                                                          

Laisser un commentaire