UN OUBLI FATAL

Josué 9: 1 – 27       « ….Les hommes d’Israël prirent de leurs provisions, et ils ne consultèrent point l’Eternel.  Josué fit la paix avec eux, et conclut une alliance par laquelle il devait leur laisser la vie, Et les chefs de l’assemblée le leur jurèrent.  Trois jours après la conclusion de cette alliance, les enfants d’Israël apprirent qu’ils étaient leurs voisins, et qu’ils habitaient au milieu d’eux.                                   

L’évidence d’une situation n’exclut pas la recherche de la volonté de Dieu dans la prière. Josué et les principaux responsables du peuple « grisés » par la victoire sur Aï et sûrs de leur intelligence n’ont pas pris la peine de consulter l’Eternel. Ils étaient certains en voyant l’apparence des Gabaonites et l’état de leurs provisions, qu’ils venaient vraiment d’un pays éloigné, en dehors de la zone que le Seigneur leur avait commandé de détruire. Ils ont prêté attention à l’apparence, à ce qui frappe les yeux au lieu de prendre conseil auprès de CELUI qui regarde au cœur selon 1 Samuel 16:7. Il faut dire que les Gabaonites n’étaient venus avec des épées et des lances mais avec la ruse, qui est une arme redoutable  pour neutraliser l’ennemi avant qu’il n’attaque.                       

Au début du chapitre, nous constatons qu’une grande partie des rois de Canaan s’étaient ligués pour faire front à Israël et une autre partie, les Gabaonites avaient procédé par supercherie. L’ennemi de nos âmes procède de la même manière envers nous, il attaque de front et il est identifié de suite. Mais il utilise la ruse et la supercherie le plus souvent, et c’est dans les moments de  » grandes » victoires sur lui qu’il est plus redoutable, parce qu’il revient par  » petite porte » là où il n’est pas attendu. C’est pourquoi L’Esprit Saint nous exhorte à » éprouver les esprits pour voir s’ils sont de Dieu ». Combien de réveils se sont corrompus à la fin? Combien d’évangélisations se sont soldés par des échecs parce les chrétiens ont voulu faire confiance à leur stratégie? Combien d’échec avons-nous eu parce que impatients nous n’avons pas pris le temps de prier et de recevoir une conviction du Seigneur ? L’apparente simplicité d’une situation ne doit nous amener à s’affranchir de la guidance de l’Esprit Saint, notre directeur. Cherchons à dépendre du Seigneur, notre Maître, à chaque instant, car sans LUI nous ne pouvons rien faire !                                                 

Dans ce chapitre, nous constatons que Dieu a gardé le silence, puisque Josué et les chefs du peuple avaient décidé de l’exclure de la prise de décision concernant une situation jugée comme banale. Il n’est nulle part écrit « l’Éternel dit « , contrairement aux chapitres précédents et suivants. L’Eternel Dieu dans le strict respect du libre arbitre les avait laissé faire comme IL le fait avec certains chrétiens qui décident de se passer de ses précieux conseils.                                                 

 Frère, sœur, prends le temps avec l’Éternel et tu n’en perdras plus avec le diable ! Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie point sur ta prudence.   Considère-le dans toutes tes voies, et il dirigera tes sentiers. Proverbes 3: 5 – 6.

Laisser un commentaire