LA MARCHANDISATION, L’AUTRE FACETTE DES TEMPS DERNIERS.

Luc 17 : 26 – 30 :  Et ce qui arriva du temps de Noé, arrivera de même au temps du Fils de l’homme : On mangeait, on buvait, on prenait et on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et le déluge vint qui les fit tous périr. C’est encore ce qui arriva du temps de Lot : On mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait et on bâtissait ; Mais le jour que Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, qui les fit tous périr ; Il en sera de même au jour que le Fils de l’homme paraîtra.

Ces quelques versets de Luc 17 ont déjà été commentés par plusieurs éminents frères et sœurs dans le Christ Jésus (Yeshoua Ha Mashiach). Néanmoins, j’aimerais faire ressortir un aspect auquel nous devons tous prêter attention : la marchandisation de toute chose, même de la foi.  

Le Seigneur Jésus (Yeshoua) en parlant des années qui vont précéder son retour, a fait un lien avec ce qui s’est passé aux temps de Noé et de Loth.  Certes, ces temps se caractérisent par la dépravation des mœurs, la méchanceté et la violence, mais également par la dépravation de l’économie et des règles du commerce à laquelle fait écho Apocalypse 18 : 11-13 « 11 Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d’elle, parce que personne n’achète plus leur cargaison, 12 cargaison d’or, d’argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d’objets d’ivoire, de toute espèce d’objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, 13 de cinnamome, d’aromates, de parfums, de myrrhe, d’encens, de vin, d’huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d’âmes d’hommes ».  Nous voyons donc que dans les temps derniers l’humanité dépravée « libérée » des liens (Psaumes 2) de la Parole de Dieu (Elohim), va se livrer à une course effrénée vers un commerce sans frontière, une marchandisation de tout, même des âmes humaines…. L’Eternel déclare dans Lévitique 19 : 36 « Vous aurez des balances justes, des poids justes, des épha justes et des hins justes. Je suis l’Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Egypte ». En donnant cette loi, l’Eternel Dieu s’y est impliqué personnellement (Psaumes 97 :2… La justice et l’équité sont la base de son trône…) pour nous indiquer que celui qui viole cette loi pèche contre le premier commandement des Dix Paroles énoncées dans Exode 20 :2. La personne qui est incapable de respecter ces « petits commandements » montre qui est son véritable « Dieu » ! Les activités dont parle le Seigneur Yeshoua dans les versets ci-dessus n’ont rien d’ordinaire, mais il s’agit d’une frénésie, une recherche, d’une course au commerce et à l’enrichissement quel qu’en soit le prix.  Le commerce, la marchandisation est devenue une fin en soi, le but final de l’humanité, donc une idolâtrie. Il s’agit d’une sorte de « consommatisme » qui touche toutes les couches de la société.

Cette frénésie commerciale touche tous les domaines de la société !                   Les gens vivent dans l’indifférence totale des choses de Dieu et se sont affranchis des commandements du créateur. Ils se croient libres « de Dieu », mais esclaves de l’hyperconsommation, de la marchandisation, de l’hédonisme, du consumérisme, de la technologie, de la gourmandise…en bref des plaisirs de la chair. Le verbe grec traduit par « manger » est (Esthio), il a aussi le sens de « dévorer, consumer », donc il y a une certaine démesure dans cette conduite instinctuelle qui est légitime comme l’adage nous le rappelle si bien « manger pour vivre et non vivre pour manger ». En outres les verbes manger ou Esthio, boire ou Pino, se marier ou Gameo, sont conjugués à l’imparfait ce qui indique une action continue, linéaire ou répétée. Ce que le Seigneur Yeshoua a dénoncé il y a plusieurs siècles en arrière se réalise chaque jour sous nos yeux (l’utilisation du futur second pour conjuguer le verbe arriver nous montre que les signes décrits sont pour les jours du Fils de l’homme). Les gens font la queue et passent même la nuit ou des jours devant des magasins pour être les premiers à acheter un produit High- Tech ou un nouveau jeu ou gadget comme la marque à la pomme par exemple (cette pomme croquée rappelle le fruit défendu du jardin d’Eden cher à une certaine religion. N’est-ce pas une manière subtile de rappeler le mensonge du diable à notre ancêtre Eve : vous serez comme des dieux en accédant à la connaissance ?). Les promotions commerciales sont régulièrement l’occasion d’émeute, même en Europe. Les gens s’endettent même pour avoir  le dernier appareil high-tech juste pour paraitre en phase avec leur époque.

 De nos jours, Il y a une incitation à dépenser par la facilitation à l’accès aux crédits revolving.  La consommation est encouragée par diverses sortes de stratégie commerciale, la fraude, le mensonge sont utilisés comme techniques pourvue que le client dépense même l’argent qu’il n’a pas. Les gens sont conditionnés à manger facilement et rapidement…. le divorce est facilité et en  un clic l’on peut trouver le prochain partenaire en quelques secondes pour remplacer pour quelque mois celui duquel l’on vient de se séparer. La même personne se marie une, deux, même trois fois…. Des lois sont votées pour accorder le mariage à toutes les minorités sexuelles, au lieu de réfléchir sur comment nourrir la population ou s’occuper des personnes âgées et donner le plein emploi aux jeunes. Le commerce avec le e-commerce a multiplié les bénéfices, le web a démultiplié les offres et demandes du plaisir…, même l’église visible institutionnelle n’échappe pas à cette marchandisation. La recherche de la prospérité a remplacé la sanctification et est devenue synonyme de bénédictions divines, la rentabilité et le gain sont devenus des critères de bonne santé d’une assemblée.                                                                                             

 Esaïe 5 : 20 Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur et la douceur en amertume !                

Il faut une « église plus grande et plus belle » et chacun y va de son imagination. Tel « pasteur » veut construire un temple à plusieurs milliards et fait contribuer les membres de sa dénomination, (dont certains ne mangent même pas à leur faim), sans que personne ne pose la question à l’Eternel Dieu s’Il a un besoin urgent « d’habiter » dans un temple construit de mains d’hommes. Un autre demande un jet privé à 54 millions de dollars alors qu’il en a déjà 3 ! Les chrétiens sont incités à acheter des livres des « leaders », à participer à des séminaires et des enseignements payants, ce qui fait qu’aujourd’hui si vous n’avez pas une « petite économie », vous êtes rapidement « largués » et dans l’impossibilité d’accéder aux « leaders chrétiens » les plus en vue. Certains « pasteurs » font payer leur « séance de prière » ou de conseil alors que le Seigneur Yeshoua a dit dans Matthieu 10 : 8 « Guérissez les malades, nettoyez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».  Mes Frères, Mes sœurs, dites-moi combien le Seigneur Yeshoua a fait payer aux apôtres pour les instruire ?  Et combien ces « leaders » payent à Dieu pour l’inspiration ou les révélations qu’ils reçoivent de Lui pour vendre aussi cher leur livre, séminaire d’onction, formation de disciple, séminaire de danse prophétique… ??? Ces gens vendent « une inspiration » dont ils ne sont pas propriétaires selon qu’il est écrit dans 1 Corinthiens 4 : 7 Car qui est-ce qui met de la différence entre toi et un autre ? et qu’est-ce que tu as, que tu ne l’aies reçu ? et si tu l’as reçu, pourquoi t’en glorifies-tu comme si tu ne l’avais point reçu ?  Je ne dis pas que « l’ouvrier ne mérite pas son salaire », mais ce n’est pas à lui de fixer arbitrairement son salaire, mais c’est son Seigneur qui pourvoit à ses besoins en amenant les autres frères et sœurs à plus de générosités et de libéralités selon qu’il est écrit dans Matthieu 10 : 9 « Ne prenez ni or, ni argent, ni monnaie dans vos ceintures ; Ni sac pour le voyage, ni deux habits, ni souliers, ni bâton ; car l’ouvrier est digne de sa nourriture.  Et dans quelque ville ou bourgade que vous entriez, informez-vous qui y est digne ; et demeurez chez lui jusqu’à ce que vous partiez ».

Les gens dans les temps derniers comme au temps de Noé et de Loth n’ont pas le temps de se « reposer », ils sont pris dans une sorte de frénésie et sont tout temps à la recherche du gain, du dernier truc, ou de la dernière sensation forte. Ils sont pris dans une sorte d’addiction à l’activité et ont continué de à transformer et à créer sans cesse. Esclaves du travail, Ils n’ont pas le temps de s’arrêter même pour réfléchir aux conséquences de leur « consommatisme » sur leur environnement ni à leur sort.  Oh!  S’ils eussent été sages, ils eussent compris ceci, ils eussent considéré leur fin! Selon Deutéronome 32 :29. Mais hélas, le déluge est venu, le feu et le souffre sont tombés et les a emportés tous sans exception. Il en sera de même avec cette génération perverse « qui a renversé les valeurs établies par le Créateur ». Ce  qui a été sera ! c’est ce que le Seigneur Yeshoua a prophétisé et c’est ce qui se réalise devant nous !                          La méchanceté : toute une population peut être sacrifiée juste pour le succès d’une politique ou d’un dirigeant, la suppression de la vie à son commencement et à sa fin sont légion, les déviances sexuelles et autres paraphilies sont érigées en norme sociétale, l’hédonisme est recherché et encouragé comme une fin en soi, la science a permis des avancées spectaculaires et les programmes de développement personnel fleurissent partout. La productivité frénétique a pris le pas sur la qualité ! De nos jours, les pays sont classés selon leur PIB, même l’économie générée par la drogue y est incluse ! La marchandisation a pris le dessus sur la justice sociale, même les hôpitaux sont « obligés » d’être rentables. Les populations les plus démunis sont exploités et écrasés sans gêne ni remord au nom de l’économie et de la mondialisation pourvu que les comptes en banque des dirigeants et des entreprises soient bien garnis. Alors que l’Eternel Dieu Lui-même à un moment donné, le 7e jour, a mis un terme à son travail de création et de transformation (Genèse 2 : 2 -3). S’Il avait continué de créer sans cesse, le monde serait invivable pour nous. Oui il y a un jour de cessation pour le monde et pour nous et ce jour a été fait pour nous et non nous pour ce jour (Marc 2 : 27 Puis il leur dit: «Le shabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le shabbat, 28 de sorte que le Fils de l’homme est le Seigneur même du shabbat). 

Prenons donc le temps avec le Seigneur, choisissons « la bonne part » comme Marie et nous n’en perdrons pas avec le diable, ni avec ces « pasteurs » ou « prophètes » alimentaires qui ne prophétisent que lorsqu’ils ont « quelque chose dans la bouche ». Marthe croyant bien faire, s’est démenée pour proposer un repas au Seigneur Yeshoua et à ses disciples, mais malgré cela, elle a été désapprouvée par le Seigneur alors que sa sœur Marie a été approuvée parce qu’elle a privilégié le Seigneur Yeshoua à son service. De même l’activisme religieux ne profite guère au Messie, ni à celui qui s’y livre croyant plaire à l’Eternel.

Que préfères-tu le Seigneur de l’œuvre ou l’œuvre du Seigneur ?

Les temps de Noé et de Loth sont là ! Le Messie est à la porte et Il ne tardera plus! Maranatha ! Viens Seigneur Yeshoua !

Laurent.

Laisser un commentaire