ED, L’AUTEL DE L’UNITÉ.

Josué 22 : 9 – 34

Après avoir quitté les Israélites à Silo, dans le pays de Canaan, les Rubénites, les Gadites et la demi-tribu de Manassé repartirent pour aller dans le pays de Galaad. C’était leur propriété et ils s’y étaient installés conformément à l’ordre que l’Eternel avait donné par l’intermédiaire de Moïse. 10 Arrivés dans les districts du Jourdain qui appartiennent encore au pays de Canaan, les Rubénites, les Gadites et la demi-tribu de Manassé y construisirent un autel au bord du Jourdain. C’était un autel dont la grandeur frappait les regards. 11 Les Israélites apprirent que l’on disait: «Les Rubénites, les Gadites et la demi-tribu de Manassé ont construit un autel qui fait face au pays de Canaan, dans les districts du Jourdain, du côté des Israélites.» 12 A cette nouvelle, toute l’assemblée des Israélites se réunit à Silo pour monter les attaquer…………..

Une succession de faits et gestes du peuple a failli dégénérer en guerre civile après le retour de chaque tribu dans son héritage. Si cette guerre civile avait eu lieu, elle aurait décimé une partie importante du peuple de Dieu et favoriser un sursaut des Cananéens, mettant en échec « provisoirement » les projets de l’Eternel pour les Hébreux. C’est lorsque l’on relâche la vigilance « dans la prière et dans les écritures », après une victoire éclatante, que l’ennemi porte souvent ses attaques les plus meurtrières (1Rois 13).

Les descendants de Ruben, de Gad et la demi-tribu de Manassé ont quitté Silo (où siège le tabernacle !), sont retournés dans leur héritage à l’est du Jourdain. Et sans consulter l’Eternel, ni Josué, ni les autres tribus, ils ont érigé un autel monumental, « dont la grandeur frappait les regards ». Motif ? Maintenir le lien d’affiliation entre les deux rives du Jourdain et éviter à leur descendance une éventuelle rétrogradation. Les arguments développés par les tribus installées en Galaad sont louables, mais ces tribus ont péché par défaut de communication et de consultation des autres, surtout elles n’ont eu aucune approbation de l’Eternel Dieu, le premier responsable du Peuple. Depuis que les chefs ont succombé à la ruse des Gabaonites, le peuple a pris l’habitude de consulter l’Eternel, de discuter les décisions avec Josué, le Grand prêtre et les chefs des tribus afin de se prémunir contre toutes décisions « charnelles ». Méfions de prendre une décision ou de concevoir un projet « juste » sans consulter notre Père et les autres frères et sœurs que le projet est censé servir, car les conséquences peuvent être fâcheuses. Dans ce chapitre 22 du livre de Josué, l’action solitaire des tribus installées en Galaad a failli provoquer une guerre civile, les autres tribus s’estimant trahie ont voulu régler le problème par la force pour éviter à Israël un autre péché semblable à celui de « Peor » avec les conséquences que l’on sait. Et sans consulter l’Eternel, les tribus installées à l’ouest ont projeté dans un premier temps de faire la guerre aux tribus installées à l’est en Galaad avant de se ressaisir.  Ne prenons pas des conclusions hâtives contre un frère ou une sœur dont la culpabilité est évidente sans l’avoir entendu et sans avoir examiner les faits. C’est ce que l’Eternel Lui-même a fait lorsque le péché de Sodome et Gomorrhe s’est aggravé selon qu’il est écrit dans Genèse 18 : 20-21 Et l’Eternel dit : « Le cri contre Sodome et Gomorrhe a augmenté, et leur péché est énorme. C’est pourquoi je vais descendre et je verrai s’ils ont agi entièrement d’après le bruit venu jusqu’à moi. Si ce n’est pas le cas, je le saurai ». Certaines personnes mal intentionnées utilisent ces versets pour mettre en doute l’omniscience et l’omniprésence de l’Eternel. Alors que par ces versets l’Eternel a voulu enseigner à Abraham son serviteur et à nous tous de ne jamais juger sur un « oui dire » mais après une enquête minutieuse, des recherches sérieuses et un interrogatoire impartial (Deutéronome 13 : 13-16) pour ne pas tomber dans le « lachon hara » ou langage du mal (calomnie, faux témoignage, médisance, diffamation, fausse observation…). Les Israelites, en obéissance à Deutéronome 13 : 15 (tu feras des recherches. Tu enquêteras, tu interrogeras avec soin : est-ce vrai, le fait est-il établi, cet acte abominable a-t-il été commis au milieu de toi ?), ont décidé d’envoyer une délégation de haut rang en Galaad pour avoir la signification exacte de l’acte posé par leurs frères de l’est avant de leur faire la guerre comme le stipule le verset 16 de Deutéronome 13 (Alors tu frapperas du tranchant de l’épée les habitants de cette ville, tu la voueras à la destruction avec tout ce qui s’y trouvera, et tu en passeras le bétail au fil de l’épée). Les tribus de Ruben, Gad et Manassé après avoir pris l’Eternel le Dieu d’Israël à témoin, ont donné une explication satisfaisante à la délégation des tribus de l’ouest laquelle est repartie rassurée et satisfaite. La décision de bâtir un autel comme celui de Silo sur la rive est du Jourdain est mue par une inquiétude légitime mais qui pose problème puisque leur décision a été prise sans consulter l’Eternel ni leurs frères installés à l’ouest. Les tribus restées à l’est ont peur qu’avec le temps leurs descendants finissent par être marginalisés puis rejetés par ceux des tribus installées à Canaan et que ceux-ci s’éloignent définitivement de l’Eternel le Dieu d’Israel, devenant de facto des étrangers aux yeux de leurs frères de l’ouest. En outre, le Jourdain, qui fait office de séparation naturelle entre les deux, risque de leur apporter un argument supplémentaire et renforcer cet éloignement. Ainsi l’autel construit en imitation de celui de Silo est un témoin de l’attachement de ces tribus installées à l’est au Dieu UN, l’Eternel des Armées. C’est aussi une évidence (Ed = témoin = évidence des choses) et un lien avec leurs frères de l’ouest.                   

Une réponse douce calme la fureur, tandis qu’une parole dure augmente la colère. Proverbe 15 : 1. 

Que ta parole soit toujours pleine de grâce et assaisonnée de sel, afin que tu saches comment il faut répondre à chacun. Colossiens 4 :6.                                                                                                                       Les tribus installées à l’est du Jourdain ont dans leur réponse à leurs frères installés à l’ouest, choisi les bons mots et ont parlé d’une manière agréable dans le respect des lois et dans la crainte de l’Eternel le Dieu d’Israël pour désamorcer la crise. Ainsi la délégation des tribus installées à l’ouest, après avoir entendu les explications pleines de sagesse et de bon sens de leurs frères de l’est, s’est apaisée et a fait monter une louange en l’honneur de l’Eternel.  Montrons donc de la sagesse dans nos relations avec nos frères et sœurs dans la foi et avec nos prochains en général, afin que rien ne vienne faire obstacle à nos prières selon qu’il est écrit dans Matthieu 5 : 23-24 Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande.  

Phinée et les chefs des tribus de l’ouest ont accepté sans critiquer la vision qui a guidé leurs frères de l’est en érigeant l’autel de « grande apparence ». Ils renoncent donc à leur faire la guerre à ravager leur pays en leur donnant « la main d’association », afin que les tensions s’apaisent de part et d’autre du Jourdain. Les tribus de l’ouest ont compris que la construction de cet autel qui témoigne de l’attachement des deux rives du Jourdain à l’Eternel le Dieu d’Israël, ne remet pas en cause les fondements de la foi en Lui. Dans L’Epitre aux Romains, chapitre 14, le verset 1 nous exhorte à ne « discuter les opinions », ces opinions que certaines personnes ont érigé en doctrine, provoquant des divisions, des subdivisions et des inimitiés entre enfants d’un même Père. Le seul fondement de la foi c’est Yeshoua, mort et resuscité pour le salut de quiconque croit !                                  1 Corinthiens 2 :2 « 2 car j’avais décidé de ne connaître parmi vous rien d’autre que Jésus le Messie, et Jésus le Messie crucifié ». Sachons que les débats et les opinions autour de la Parole de Dieu (Elohim) entre croyants en Yeshoua, parfois d’une même assemblée, ne prendrons fin qu’à son retour. Ne confondons donc pas Unité, Uniformité et Fusion ! L’uniformité est une négation des personnes dans leur être- unique. Et Elohim – qui est ehad ou un – créa l’homme à son image ; il le créa à l’image d’Elohim ; il les créa mâle et femelle. La fusion suppose l’absorption de l’un par l’autre. L’unité ne se conçoit que dans le respect des personnes dans leurs différences. C’est pourquoi « Nous tous donc qui sommes mûrs, adoptons cette attitude et, si vous êtes d’un autre avis sur un point, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Cependant, au point où nous sommes parvenus, marchons suivant la même règle, et ayons les mêmes sentiments ». Philippiens 3 : 15-16.                                      Gardons donc le dépôt ou le fondement qui nous a été transmis et évitons les discussions, les spéculations absurdes, les querelles, les controverses et les polémiques relatives à l’interprétations des préceptes, des coutumes et des lois (Nomikos), qui causent des divisions même la guerre dans le corps du Messie.

Or, je ne prie pas seulement pour eux ; mais aussi pour ceux qui croiront en moi par leur parole ; Afin que tous soient un, comme toi, ô Père, tu es en moi, et moi en toi ; afin qu’ils soient aussi un en nous ; pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé. Jean 17 : 20-21.

Le Seigneur Yeshoua est cet « Ed », cet Autel « Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu », qui témoigne à l’humanité toute entière que l’Éternel, le Dieu d’Israël est le Seul Vrai Dieu (Jean 3 : 16 ).                                                                                                                         IL a rétabli le pont entre et le Créateur, Elohim et l’humanité déchue pour le salut de quiconque croit (2 Corinthiens 5 :18-19).

IL témoigne au Monde qu’il est corrompu (Jean 7 :7).

Le Seigneur Yeshoua a détruit le mur de séparation entre juifs et païens en réunissant les deux en un seul corps par la croix (Ephésiens 2 : 11 -22).

IL a reconcilié le ciel et la terre en faisant la paix par son sang versé à la croix (Ephésiens 1 :9-10 ; Colossiens 1 : 20).

Et le Seigneur Yeshoua revient bientôt juger les vivants et les morts (2 Timothée 4 : 1).

Maranatha !

Laurent                                                   

Laisser un commentaire