NON JEPHTHÉ N’A PAS TUÉ SA FILLE!

Juges 11 : 29 – 40   Alors l’Esprit de l’Éternel fut sur Jephthé, qui traversa Galaad et Manassé; il passa jusqu’à Mitspa de Galaad, et de Mitspa de Galaad il marcha contre les enfants d’Ammon.  Et Jephthé fit un voeu à l’Éternel, et dit: Si tu livres les enfants d’Ammon entre mes mains,  Ce qui sortira au-devant de moi des portes de ma maison, quand je retournerai en paix de chez les enfants d’Ammon, sera à l’Éternel, ou je l’offrirai en holocauste. Puis Jephthé marcha contre les enfants d’Ammon, pour leur faire la guerre….. Et comme Jephthé venait à Mitspa, en sa maison, voici, sa fille sortit au-devant de lui avec des tambourins et des danses……..

Jephthé, un guerrier de la trempe de Gédéon, a pris la tête de l’armée d’Israël à la demande des anciens de Galaad et s’apprête à livrer bataille aux Ammonites après le refus de leur roi d’accepter  son offre de paix. Il passe en revue l’armée d’Israël et dans son « zèle » ou pour s’assurer une victoire écrasante sur l’ennemi, il fait un vœu à l’Eternel. Ce vœu a fait et fait couler encore beaucoup d’encre et de salives,  divisant les croyants en deux, ceux qui pensent que Jephthé n’a pas sacrifié sa fille et ceux qui pensent le contraire. Dans ce commentaire je vais essayer de m’attacher au texte et  aux caractéristiques des différents acteurs impliqués dans ce vœu afin de nous rapprocher de la vérité.

L’acteur principal : L’Eternel, le Dieu d’Israël

Les écritures  sont claires ! L’Eternel, le Dieu d‘Israël existe de toute éternité ! Il est la source de Lui-Même, Il est le créateur des cieux et de la terre et de tout ce qui s’y trouve. Il se présente comme un Dieu (Elohim)  saint, trois fois, qui se distingue par ses attributs, par sa manière d’interagir avec l’humanité et par son culte, des divinités païennes faites de mains d’Homme. Il  est l’Etre par excellence et ne peut être défini avec exactitude selon qu’il est écrit dans Job 36 : 26 « Oui, la grandeur de Dieu dépasse ce que nous pouvons connaître. Le nombre de ses années est incalculable ». Il est cohérent dans tout son comportement et dans son  être, Il ne souffre d’aucune instabilité comme nous le confirme Jacques 1 : 17 « Tout bienfait et tout don parfait viennent d’en haut; ils descendent du Père des lumières, en qui il n’y a ni changement ni l’ombre d’une variation. Il est immuable et n’est ni versatile, ni impulsif, L’Eternel ne change pas, Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement! C’est le sens du Nom ineffable (YHWH) d’Elohim « Exode 3 :14  Alors Dieu dit à Moïse: JE SUIS CELUI QUI SUIS (EHYEH ASCHER EHYEH). Puis il dit: Tu diras ainsi aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle JE SUIS, m’a envoyé vers vous ». Sa relation avec l’humanité est toujours marquée par sa sainteté : «Transmets ces instructions à toute l’assemblée des Israélites: Vous serez saints, car je suis saint, moi, l’Eternel, votre Dieu, Lévitique 19 :2. Il est intègre et vrai dans tout ce qu’il dit et fait, selon ce qu’il a dit à son serviteur Abraham « Lorsqu’Abram fut âgé de 99 ans, l’Eternel apparut à Abram et lui dit: «Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant moi et sois intègre, Genèse 17 :1 ». Ce que sa « bouche » déclare ses « mains » l’accomplissent. Il est la perfection absolue et la vérité, il ne parle pas d’une manière et agit d’une autre.                         L’Eternel Dieu ne change pas, ce qui est vrai  dans les écritures « Ancien Testament » l’est dans  le Nouveau Testament, qui est l’enseignement du Messie Yeshoua et la concrétisation des promesses des Ecritures !  Dans le livre de  Lévitique 27 : 1-34, l’Eternel a donné des instructions précises à Moïse sur les personnes, les animaux, et les biens consacrés par vœu  et  ceux dévoués par interdit. Les conditions de rachat sont précisées pour les personnes et les choses consacrées par vœu alors que les personnes et les choses dévouées par interdit (vouées à l’extermination) ne peuvent pas être rachetées !  Les personnes sont systématiquement rachetées selon l’estimation de Moïse ou du sacrificateur,  en fonction de l’Age, du sexe et des ressources.  Nulle part il n’a été demandé de sacrifier sur l’autel des holocaustes la personne consacrée ! Le sacrifice humain  est étranger à l’alliance  conclue avec Abraham puisque Isaac n’a pas été sacrifié mais ligaturé sur l’autel.  Dans le judaïsme, cette épreuve d’Abraham est appelée « la ligature d’Isaac ». L’Eternel Dieu en offrant le bélier à Abraham, prouve qu’Il n’a pas besoin de sacrifices et de sacrifices humains en particulier, néanmoins les sacrifices d’animaux sont nécessaires à celui qui s’approche de Lui, le sang des animaux couvrant ainsi son péché, afin qu’il ne soit pas détruit.                                                                                      L’Eternel Dieu, en installant les Hébreux en Canaan, leur a donné plusieurs instructions, dont l’une des principales est : Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras pas à imiter les pratiques abominables de ces nations-là.  Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de sorcier, de magicien, personne qui consulte les esprits ou les spirites, personne qui interroge les morts. En effet, celui qui fait cela fait horreur à l’Eternel et c’est à cause de ces pratiques abominables que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Deutéronome 18 :  9. Cette interdiction a été répétée par les prophètes et les sages au fil des années, par exemple dans  Jérémie 7 : 31 Et ils ont bâti les hauts lieux de Thopheth, qui est dans la vallée du fils de Hinnom, pour brûler au feu leurs fils et leurs filles, ce que je n’ai pas commandé et à quoi je n’ai point pensé, et Jérémie 19 : 5 Ils ont construit des hauts lieux en l’honneur de Baal pour brûler leurs enfants en holocaustes à Baal. Cela, je ne l’avais ni ordonné ni prescrit, cela ne m’était pas venu à la pensée. DansMalachie 3 : 6, Il déclare «  Je suis l’Eternel, je ne change pas… », donc L’Eternel  qui a en horreur ces pratiques païennes, qui a rejeté et condamné les sacrifices d’êtres humains, qui est allé jusqu’à chasser et détruire des milliers de Cananéens à cause de ces pratiques, ne peut laisser personne offrir un être humain sur son autel dans son sanctuaire même à la suite d’un vœu. La personne qui oserait faire une pratique  si abominable et le sacrificateur qui accepterait d’accompagner cette abomination seraient consumés  de suite ! Souvenons-nous de la sentence de l’Eternel sur les deux fils ainés d’Aaron (Nadab et Abihu) qui ont osé apporter dans le sanctuaire un simple feu extérieur. Par ailleurs, nous pouvons noter en examinant les écritures que les Israelites, même dans leur rétrogradation la plus profonde n’ont jamais fait brûler au feu  leurs enfants en honneur de l’Eternel. C’est toujours à des divinités païennes,  Baal, Moloch et autres, car c’est ce qui caractérise ces idoles (démoniaques), c’est leur signature et c’est ce qu’elles exigent de leurs adorateurs.  Mais l’Eternel, le Dieu d’Israël  ne peut  voir le crime s’associer aux solennités (Esaïe 1 : 11-15).

L’acteur secondaire : Jephté

Jephthé est un  vaillant guerrier comme Gédéon ! Son nom signifie « Elohim ouvrira ou  il libérera ». Bien qu’étant l’ainé de son père, il est chassé du domicile familial parce qu’issu d’une union illégitime et d’une femme prostituée. Il  s’exile loin de ses frères,  de sa région, et se forge une réputation de chef de bande et de guerrier habile et courageux. L’incursion militaire des Ammonites en Galaad puis dans le reste du  territoire Israélien dans un contexte d’apostasie généralisée, a poussé les anciens de Galaad à faire appel à Jephté en lui confiant le commandement de l’armée. Dès sa prise de fonction à la tête de l’armée, il  s’est empressé de se présenter devant l’Eternel dont il reconnait l’autorité et la prééminence dans la victoire contre les Ammonites. Jephthé est donc  quelqu’un qui  connait et qui craignait l’Eternel le Dieu d’Israël. Il était forcément instruit des lois et principes qui régissent le culte et les sacrifices. Le texte ne le dit pas, mais je suis certains qu’en se présentant devant l’Eternel il a surement offert avec les anciens des sacrifices volontaires  avant de partir combattre les Ammonites. Jephthé n’est certes pas parfait, néanmoins sa citation par l’Esprit-Saint  dans 1 Samuel 12 :11 et dans Hébreux 11 : 32 parmi les héros de la foi  selon le principe « la vérité est établie sur la déposition de deux  ou trois témoins », est une preuve irréfutable qu’il n’a pas commise une telle abomination, en profanant le sanctuaire de l’Eternel par le sacrifice de sa propre fille. Il y a aussi le fait que dans le chapitre suivant et durant tout le « règne » de Jephthé «la colère de l’Eternel ne s’est pas enflammée contre Israël »  ni contre Jephthé et IL ne les a pas livré aux nations hostiles qui sont autour d’eux. Si Jephthé a souillé le Nom de l’Eternel par un tel acte et que les anciens de Galaad et les sacrificateurs ont participé à cette déviance et l’ont accompagné dans son accomplissement, l’Eternel aurait frappé le pays puisque le peuple d’Israël, le plus précieux joyau (Exode 19 :5-6), se serait mis au même niveau que les nations que l’Eternel a chassé devant eux à cause de cette pratique. Par ailleurs, L’Eternel ne donne son Esprit qu’à ceux qui lui obéissent, si Jephthé en en a été revêtu c’est parce qu’il fait partie de ceux qui « tremblent devant Elohim ». L’Esprit Saint nous est donné pour ce que nous sommes (des disciples),  et non pour ce que nous avons à faire. En effet, la Parole d’Elohim déclare dans 1 Corinthiens 2 : 14 « Or, l’homme animal ne comprend point les choses de l’Esprit de Dieu… », dans  Jean 14 : 17  « Savoir l’Esprit de vérité, lequel le monde ne peut point recevoir ; parce qu’il ne le voit point, et qu’il ne le connaît point; mais vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous », et dans  Actes 5 :32 « le Saint-Esprit que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent…. ». L’Eternel Dieu a utilisé le roi Cyrus, il lui a même conféré le titre de « mon oint » c’est-à-dire son messie mais les Ecritures ne mentionnent nulle part  que  « L’Esprit de l’Eternel fut donc sur Cyrus » comme pour Gédéon, Jephthé, Samson pour ne citer que ceux-là. En bref Jephthé est un craignant Dieu et n’a pas commis cette abomination « abominable » et c’est à juste titre que l’Esprit Saint lui rend témoignage dans le premier livre de Samuel et dans l’épitre aux Hébreux !

Les autres acteurs : Le peuple et les sacrificateurs

Jephthé, est apparu en plein réveil spirituel, les Israelites après une repentance sincère, se sont débarrassé des dieux étrangers pour  servir l’Eternel leur Elohim selon ce qui est écrit dans Juges 10 :16 «  Alors ils ôtèrent du milieu d’eux les dieux des étrangers, et servirent l’Eternel, qui fut touché en son cœur de l’affliction d’Israël ». Donc le peuple, les anciens de Galaad et surtout les sacrificateurs, en commençant par le souverain sacrificateur, ne pouvaient accepter un tel péché qui  jetterait de nouveau l’anathème sur Israël et une grande oppression. Ils connaissaient bien Lévitique 18 : 21-30  où l’Eternel  a interdit de telles pratiques et  a établi les graves sanctions qui attendent les  peuples coupables de cette pratique abjecte.

 Quelques explications de texte

Le verset 29 nous précise d’emblée que Jephthé a été rempli de l’Esprit-Saint avant de commencer à servir l’Eternel en tant que commandant en chef et juge en Israël. J’en déduis que toute l’action qu’il a mené le jour où il est allé au combat contre les Ammonites a été dirigé par l’Esprit de l’Eternel de même que le vœu. Or l’Eternel ne peut être tenté par le mal et IL ne peut rien faire qui soit contraire à ce qu’IL est : un Elohim Vrai et  Saint  parce qu’une maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Certains ont voulu séparer le verset 29 des versets 30-31 sans savoir que dans la version originale en Hébreu il n’y a ni chapitres ni versets ni ponctuations, les lettres étant les unes à la suite des autres.

Dans le verset 31, plusieurs traductions ont pris quelques libertés vis-à-vis du texte original  ce qui rajoute à la confusion :  « Ce qui sortira au-devant de moi des portes de ma maison, quand je retournerai en paix de chez les enfants d’Ammon, sera à l’Éternel, et je l’offrirai en holocauste ». D’abord, le verset ne commence pas par « personne ou quiconque » comme la plus part de nos traductions l’ont rendu (les versions Martin, Ostervald et Darty ont mieux traduit ce verset !), mais par un verbe  au radical « Qal »  et au mode participe actif « Yatsa' »Sortir, aller dehors, partir, s’éloigner ; Sortir, s’en aller, quitter ; Partir (vers un lieu) ; Aller en avant, avancer (vers quelque chose) ; Venir ou aller (avec un but ou pour un résultat) ; Sortir de…                                                            La fin du verset aussi pose problème, la lettre « Vav ou Waw = ו = clou » traduit par « et » signifie également  « ou »  selon les exégètes, ce qui donne « Ce qui sortira au-devant de moi des portes de ma maison, quand je retournerai en paix de chez les enfants d’Ammon, sera à l’Éternel, ou je l’offrirai en holocauste. Jephthé avait donc le choix, si ce qui sortira est une personne elle était consacrée à l’Eternel et si c’est un animal il était offert en sacrifice.

.    37 Puis elle dit à son père: Accorde-moi ceci; laisse-moi pendant deux mois; je m’en irai, je descendrai par les montagnes, et je pleurerai ma virginité, moi et mes compagnes. 38 Et il dit: Va! Et il la laissa aller pour deux mois. Elle s’en alla donc avec ses compagnes, et pleura sa virginité sur les montagnes. 39 Et, au bout de deux mois, elle revint vers son père, et il accomplit sur elle le vœu qu’il avait fait, et elle ne connut point d’homme. 40 De là vint la coutume en Israël, qu’annuellement les filles d’Israël vont célébrer la fille de Jephthé, le Galaadite, pendant quatre jours chaque année.                                   Malheureusement pour Jephthé, c’est sa fille unique qui est sorti pour l’accueillir après sa victoire sur les Ammonites. Les Versets 36- 40 nous donne de précieuses informations sur la fille de Jephthé dont le nom, ni l’âge n’ont pas été révélés à dessein. Nous apprenons qu’elle est soumise à l’Eternel et à son père et qu’elle a encouragé ce dernier à honorer sa parole. Elle est vierge et sa seule demande est d’aller pleurer sa virginité pendant deux mois avec ses amies. Etrange réaction d’une jeune fille condamnée à mourir « égorgée » et le corps brulé !!!! En outre, qu’elle est la relation entre l’holocauste et l’insistance de l’Esprit- Saint sur la virginité de la fille de Jephthé et sur le fait qu’elle n’a pas connu d’homme ??? Non mon frère ! Non ma sœur ! Jephthé n’a pas tué sa fille, car l’Eternel notre Dieu abhorre de telles pratiques et c’est pour cela qu’Il a dévoué par interdit (voué à la destruction et à l’extermination) les  Cananéens!  La fille de Jephthé  a simplement été consacrée à rester vierge (1 Corinthiens 7 : 36-38) pour servir l’Eternel devant la tente d’assignation dans la prière et  le jeûne (c’est moi qui rajoute !).  Afin, le verset 40  comme un bouquet final, nous apprend que cette consécration de la fille de Jephthé à l’Eternel a donné lieu à une célébration annuelle en Israël, ce qui prouve encore une fois qu’elle n’a pas été offerte en holocauste !  Car tel était le cas, les filles d’Israël n’auraient jamais eu le courage et l’autorisation de célébrer une mort tragique et une pratique abominable que l’Eternel exècre!

Romains 3 :  4 « Nullement! Mais que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur, selon qu’il est écrit: Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, et que tu gagnes ta cause lorsqu’on te juge ».  

Maranatha !

21/11/2020

Laisser un commentaire